Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS © 2018 Vincent Hildebrandt           ACCUEIL       A-Z           
Le XXe siècle : retour aux sources !  Les premières décennies du 20e siècle sont dominées par Mutin (successeur de Cavaillé-Coll), qui continue avec la tradition de l’orgue symphonique créée par Cavaillé-Coll. Cependant, une nouvelle génération de compositeurs, organistes et constructeurs vint, qui s’intéresses de plus en plus à la musique « ancienne » et les nouveaux langages musicaux. Ils souhaitèrent alors à un autre type d’orgue. Le facteur d’orgue Gonzalez, du groupe « Les amis d’orgue » avec André Marchal, Norbert Dufourcq et Bérenger de Miramon Fitz- James, prit les devants en créant un nouveau type d’orgue visant à permettre de jouer de la musique « ancienne » et « moderne ». Il fut suivi par d’autres facteurs, comme Gutschenritter (successeur de Merklin) et Beuchet-Debierre, qui suivront une route artistique similaire. Dans les dernières décennies du XXe siècle, les aspirations se déplacent à nouveau : un intérêt grandissant pour les orgues symphoniques du XIXe siècle, donne naissance à une politique plus conservatrice concernant les restaurations. Le facteur d’orgue principal dans ces décennies est Dargassies (venant de l’ancienne entreprise Gonzalez). Le tableau ci-dessous indique les principaux facteurs d’orgues du XXe siècle et les numéros des orgues construites ou restaurés et rénovés. Les facteurs d’orgues qui étaient essentiellement actifs dans les dernières décennies du XXe siècle sont nommé, dans le tableau abordant les orgues du 21eme siècle. Celui-ci montre la prédominance de Beuchet- Debierre ainsi que Mutin, Gonzalez et Gutschenritter parmi les principaux concurrents. Mutin quant à eux construit davantage d’orgues neufs.
Les orgues de Paris

Après la Révolution - 20 ème siècle

Le XXe siècle : retour aux sources !  Les premières décennies du 20e siècle sont dominées par Mutin (successeur de Cavaillé-Coll), qui continue avec la tradition de l’orgue symphonique créée par Cavaillé-Coll. Cependant, une nouvelle génération de compositeurs, organistes et constructeurs vint, qui s’intéresses de plus en plus à la musique « ancienne » et les nouveaux langages musicaux. Ils souhaitèrent alors à un autre type d’orgue. Le facteur d’orgue Gonzalez, du groupe « Les amis d’orgue » avec André Marchal, Norbert Dufourcq et Bérenger de Miramon Fitz- James, prit les devants en créant un nouveau type d’orgue visant à permettre de jouer de la musique « ancienne » et « moderne ». Il fut suivi par d’autres facteurs, comme Gutschenritter (successeur de Merklin) et Beuchet-Debierre, qui suivront une route artistique similaire. Dans les dernières décennies du XXe siècle, les aspirations se déplacent à nouveau : un intérêt grandissant pour les orgues symphoniques du XIXe siècle, donne naissance à une politique plus conservatrice concernant les restaurations. Le facteur d’orgue principal dans ces décennies est Dargassies (venant de l’ancienne entreprise Gonzalez). Le tableau ci-dessous indique les principaux facteurs d’orgues du XXe siècle et les numéros des orgues construites ou restaurés et rénovés. Les facteurs d’orgues qui étaient essentiellement actifs dans les dernières décennies du XXe siècle sont nommé, dans le tableau abordant les orgues du 21eme siècle. Celui-ci montre la prédominance de Beuchet- Debierre ainsi que Mutin, Gonzalez et Gutschenritter parmi les principaux concurrents. Mutin quant à eux construit davantage d’orgues neufs.
ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt     COLOPHON

19ème siècle - 20ème siècle - 21e siècle