Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS © 2018 Vincent Hildebrandt           ACCUEIL       A-Z           

Dallery

Chapelle de la Sorbonne

Les orgues parisiennes

du facteur Dallery

Saint-Paul-Saint-Louis (1805) (buffet) Chapelle de la Sorbonne (1825)
Le   fondateur   de   la   dynastie   Dallery   est Charles      Dallery      (1702-1779).      Son neveu    et    élève    Pierre    Dallery    (1735- 1812)   devint   l’associé   de   François-Henri Clicquot    entre    1767-1778.    Il    construit, entre   autres,   les   orgues   de   St-Nicolas- des-Champs   (1773),   Saint-Merry   (1778) et       Saint-Germain-l’Auxerrois       (1771), avant    de    créer    sa    propre    entreprise.    Après    la    Révolution,    ses activités   principales   consistaient   à   déplacer   et   réinstaller   des   orgues dans la région parisienne. Son   fils   Pierre-François   Dallery   (1764-1833,   photo)   devint   un   des harmonistes   de   François-Henri   Clicquot   et   poursuit   les   activités   du Claude   François   Clicquot   (1762-1800,   fils   de   François-Henri)   après   sa mort,   ainsi   que   celles   de   son   père   qui   prit   sa   retraite   en   1807.   Il s’occupait    principalement    avec    les    relevages    des    orgues    dans    la région parisienne. Son   fils   Louis-Paul   Dallery   (1797-1875)   a   effectué   de   nombreuses restaurations    et    construit    en    1805    un    nouvel    orgue    pour    l’église Saint-Paul-Saint-Louis    (seul    le    buffet    existe    toujours).    En    1825    il entreprit   la   construction   d’un   nouvel   orgue   pour   la   chapelle   de   la Sorbonne.   Ce   fut   l’un   des   rares   instruments   de   cette   époque.   Cet orgue   a   été   conservé   dans   son   état   d’origine   bien   qu’il   soit   silencieux depuis des années. Sa   dernière   œuvre   fut   la   restauration   de   l’orgue   de   Saint-Thomas- d’Aquin (1842-1846). Louis-Paul   Dallery   fut   le   dernier   représentant   du   style   orgue   français classique; il ne suive pas les innovations de Cavaillé-Coll c.s..
Les orgues de Paris

Dallery

Chapelle de la Sorbonne

Parisian organs built by Dallery

Saint-Paul-Saint-Louis (1805) (case only) Chapelle de la Sorbonne (1825)
ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt     ACCUEIL      A-Z
Le   fondateur   de   la   dynastie   Dallery   est   Charles   Dallery   (1702-1779). Son   neveu   et   élève   Pierre   Dallery   (1735-1812)   devint   l’associé   de François-Henri   Clicquot   entre   1767-1778.   Il   construit,   entre   autres, les   orgues   de   St-Nicolas-des-Champs   (1773),   Saint-Merry   (1778)   et Saint-Germain-l’Auxerrois      (1771),      avant      de      créer      sa      propre entreprise.   Après   la   Révolution,   ses   activités   principales   consistaient à déplacer et réinstaller des orgues dans la région parisienne. Son   fils   Pierre-François   Dallery   (1764-1833,   photo)   devint   un   des harmonistes   de   François-Henri   Clicquot   et   poursuit   les   activités   du Claude   François   Clicquot   (1762-1800,   fils   de   François-Henri)   après   sa mort,   ainsi   que   celles   de   son   père   qui   prit   sa   retraite   en   1807.   Il s’occupait    principalement    avec    les    relevages    des    orgues    dans    la région parisienne. Son   fils   Louis-Paul   Dallery   (1797-1875)   a   effectué   de   nombreuses restaurations    et    construit    en    1805    un    nouvel    orgue    pour    l’église Saint-Paul-Saint-Louis    (seul    le    buffet    existe    toujours).    En    1825    il entreprit   la   construction   d’un   nouvel   orgue   pour   la   chapelle   de   la Sorbonne.   Ce   fut   l’un   des   rares   instruments   de   cette   époque.   Cet orgue   a   été   conservé   dans   son   état   d’origine   bien   qu’il   soit   silencieux depuis des années. Sa   dernière   œuvre   fut   la   restauration   de   l’orgue   de   Saint-Thomas- d’Aquin (1842-1846). Louis-Paul   Dallery   fut   le   dernier   représentant   du   style   orgue   français classique; il ne suive pas les innovations de Cavaillé-Coll c.s..