Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS © 2018 Vincent Hildebrandt           ACCUEIL       A-Z           

Stoltz

Jean-Baptiste   Stoltz    est   né   en   1813   à   Bouzonville   en   Moselle   et apprend    son    métier    auprès    de    John    Abbey.    Il    devint    ensuite contremaître   chez   Daublaine   et   Callinet    et   demeura   à   cet   atelier pendant   dix   ans.   En   1845,   la   société   Daublaine-Callinet   fut   achetée par   Ducroquet,   qui   nomma   Barker   comme   contremaître.   En   1852, Stolz   démissionna   et   commença   son   propre   atelier   à   Paris   (Stoltz   et Schaff, puis en 1865 Stolz). Malgré     la     forte     concurrence     de     Cavaillé-Coll,     Stoltz     parvint     à conquérir   progressivement   un   prestige   considérable.   À   sa   mort   en 1874,   ses   deux   fils,   Edouard   et   Eugène   fondaient   une   entreprise sous   le   nom   de   Stoltz   Frères   et   construisaient   par   la   suite   une centaine   des   orgues   en   France   et   à   travers   le   monde   (notamment l’Espagne,   le   Royaume-Uni,   Cuba,   Pérou,   Grèce,   Philippines   et   Syrie). Un    instrument    caractéristique    des    Frères    Stoltz    se    trouve    à    Saint- Médard, Paris V.  
Les orgues de Paris

Stoltz

ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt     ACCUEIL      A-Z
Jean-Baptiste   Stoltz    est   né   en   1813   à   Bouzonville   en   Moselle   et apprend    son    métier    auprès    de    John    Abbey.    Il    devint    ensuite contremaître   chez   Daublaine   et   Callinet    et   demeura   à   cet   atelier pendant   dix   ans.   En   1845,   la   société   Daublaine-Callinet   fut   achetée par   Ducroquet,   qui   nomma   Barker   comme   contremaître.   En   1852, Stolz   démissionna   et   commença   son   propre   atelier   à   Paris   (Stoltz   et Schaff, puis en 1865 Stolz). Malgré     la     forte     concurrence     de     Cavaillé-Coll,     Stoltz     parvint     à conquérir   progressivement   un   prestige   considérable.   À   sa   mort   en 1874,   ses   deux   fils,   Edouard   et   Eugène   fondaient   une   entreprise sous   le   nom   de   Stoltz   Frères   et   construisaient   par   la   suite   une centaine   des   orgues   en   France   et   à   travers   le   monde   (notamment l’Espagne,   le   Royaume-Uni,   Cuba,   Pérou,   Grèce,   Philippines   et   Syrie). Un    instrument    caractéristique    des    Frères    Stoltz    se    trouve    à    Saint- Médard, Paris V.